Nous contacter

mejor pagina citas gratis

Article dans Le Parisien : En Gironde, une idée lumineuse pour sécuriser les routes 02 janvier 2021

Un ancien chercheur du CNRS a mis au point une peinture routière photoluminescente, qui capte la lumière du jour et s’illumine la nuit. Brevetée en 2019, elle a séduit plusieurs communes.

Par Klervi Le Cozic, Le 2 janvier 2021 à 11h43

 La peinture lumineuse de Jean-François Letard a déjà été installée dans une trentaine de communes en France ainsi qu’en Belgique et au Cameroun.

La peinture lumineuse de Jean-François Letard a déjà été installée dans une trentaine de communes en France ainsi qu’en Belgique et au Cameroun. LP/Klervi Le Cozic

 

Lorsque la nuit tombe sur le campus universitaire de Pessac (Gironde), un filet lumineux se dessine le long de la piste cyclable. Flèches, ligne continue, cédez-le-passage, les cyclistes les voient sans peine depuis deux ans grâce à une peinture luminescente qui « capte la lumière du jour et reste illuminée durant dix heures, sans électricité », résume Jean-François Letard, son inventeur, récemment récompensé du Prix de l’économie Néo-aquitains.

Rien ne prédestinait l’ancien directeur de recherches au CNRS au sein de l’Institut de chimie de la matière condensée de Bordeaux à devenir chef d’entreprise. Mais sa peinture luminescente, brevetée en 2019 après quatre années de recherche, a vite séduit. Et pour cause, c’était du jamais-vu. « Une peinture de ce genre avait été testée aux Pays-Bas mais elle moisissait en quelques jours… »

Le marquage luminescent, Pas question d’ajouter une pollution lumineuse

Sur le campus, quelques vélos passent sur la piste. « C’est plus facile d’anticiper les virages et les stops car on peut voir à 80 m contre une dizaine seulement avec une dynamo de vélo » souligne le photochimiste qui voit en son innovation une façon d’encourager les déplacements doux et de prendre le relais des lampadaires lorsqu’il n’y en a pas ou qu’ils s’éteignent à 1 heure du matin pour réduire la pollution lumineuse.

Pour le chercheur, pas question donc d’ajouter une pollution, « la peinture est 50 à 100 fois plus faible que l’éclairage public. » Déjà installée sur des pistes cyclables en ville ou en campagne dans 30 villes françaises, la peinture LuminoKrom, fabriquée à Pessac, s’est exportée aussi en Belgique et au Cameroun et va bientôt se déployer pour les piétons et les axes routiers. Déjà démarché par des grands groupes, Jean-François Létard n’a pas l’intention de vendre le secret de sa technologie, ni de ses autres innovations autour des pigments intelligents, qu’il veut continuer à fabriquer sur place, où il a embauché une vingtaine de personnes.

Lien vers l’article dans Le parisien